"Radio Cité" Audio
"Le Monde" Avr. 2004
"Liberté" Avr. 2004
"La côte" Juin 2004
"Radio Orient " 2004
"24 heures" Jan 2005
En Construction
"Radio Orient " 2004

«Commentaire fait par Djilali Bencheikh à Radio Orient (Paris), émission «Au fil des pages », le 4 juin 2004.»

 

Pourquoi l'islam provoque autant de controverses en ce moment? Quel est Son vrai visage ? S'agit-il de la religion de l'intolérance et de la misogynie, comme on se plaît à le montrer ici ou là ? En somme, l'islam n'est-il pas victime d'une déformation de sens, son message éthique n'a-t-il pas été dévié par certains apprentis sorciers qui l'ont instrumentalisé à des fins bassement politiciennes, voir pour des intérêts strictement individuels ?

Autant de questions sensibles et passionnantes que pose l'universitaire genevois Zidane Meriboute. Et l'auteur apporte quelques éléments de réponse dans son essai publié chez Fayard et intitulé « la fracture islamique ».

Pour asseoir sa réflexion, l'auteur s'est appuyé sur ses divers voyages en pays musulmans en Afrique et en Asie. Il a observé la pluralité et la diversité de l'islam. Il en a analysé les incidences sur un certain nombre

de pratiques. Qu'en est-il par exemple du port du voile ? du rôle de la femme ? de la place des minorités juives et chrétiennes et de la perception du névrotique thème de la sexualité ? Le sous-titre du livre indique déjà

l'inclination de l'auteur : « demain le soufisme ? » se demande-t-il en « une » de son livre, laissant entendre qu'une piste majeure devait être privilégiée par l'esprit d'ouverture et le respect de l'humain dans le divin. Comment permettre au monde musulman de vivre un nouvel essor ? Comment agir pour éviter ce qu'on appel le choc des civilisations entre occidentaux et musulmans ? Le début de la réponse réside selon lui dans un changement des mentalités suivi de 6 mesures concrètes :

- D'abord réformer radicalement le système éducatif islamique pour éviter qu'il ne végète dans l'archaïsme de certaines associations.

- Fédéraliser les espaces ethniques et religieux de façon à éviter des dérapages comme au Nigeria avec des condamnations abusives pour adultère ou d'apostasie.

- L'auteur va jusqu'à proposer une gestion de la démographie des musulmans, centrée sur la qualité et non sur la quantité.

- Il suggère d'intégrer et de reconnaître les divers héritages culturels qui féconde l'espace de la oumma : héritages grec, chrétien, pharaonique,bouddhiste, hébreu, hispano-mauresque, amazigh, zoroastrien, animiste. Loin d'émousser la personnalité musulmane, cela ne ferait qu'en revitaliser la mémoire et le présent.

- Il faut avoir le courage de franchir ce pas civilisationnel et lui associer la pensée rationaliste, le soufisme et les arts. Une telle politique exige d'assainir la société et les institutions musulmanes en se débarrassant de la mentalité autocratique qui fait que le pouvoir n'est soumis à aucun contrôle. C'est pourquoi l'universitaire convient que celane se fera que par une longue pratique de la démocratie.

- Enfin dans les rapports avec l'occident, il suggère une sorte de pacte de non-agression et de reconnaissance mutuelle. Que les occidentaux cessent de diaboliser les musulmans et que ces derniers s'exercent à humaniser l'image des occidentaux auprès des jeunes musulmans.

Le monde de demain, en somme, sera fraternel ou ne sera pas !

Cela s'appelle « la fracture islamique », Zidane Meriboute, éditions Fayard.